English English French French

La mythique montre de plongée Doxa Sub 200 T Graph enfin rééditée!

27 mars 2019

[Cliquez sur l’image pour voir la galerie]

Dans la famille des montres de plongée il est quelques modèles qui ont marqué l’histoire de l’horlogerie, dont La Doxa Sub 200 T Graph, avec son fameux cadran orange. Pour fêter ses 50 ans, la marque suisse la réédite en or et en 13 exemplaires. Avis aux collectionneurs! Le point après une rencontre à Baselworld 2019 avec le CEO de Doxa, Romeo F. Jenny. – Isabelle Cerboneschi, Bâle.

Les amateurs de montres de plongée vintage savent combien il est difficile de se procurer un modèle original de la Doxa Sub 200 T Graph qui avait été lancée en 1969. L’ensemble des modèles T Graph auraient été créés en seulement 300 exemplaires et quand on sait combien la plongée peut mettre à mal un garde-temps, on imagine que peu de modèles ont survécu au XXe siècle. Pour fêter les 130 ans de la marque et les 50 ans de cette montre iconique, Doxa lance une série anniversaire de 130 modèles en acier et de 13 pièces en or 18K dotées d’un mouvement Valjoux d’origine.

« On l’aime ou on la déteste », dit Romeo F. Jenny, CEO et membre de la famille propriétaire de Doxa. Il est vrai qu’avec sa boîte épaisse en forme de champignon, elle ne plaira pas aux amateurs de montres extraplates. En revanche, son look vintage, typique de la fin des années 60 qui ont vu émerger des formes arrondies et des matières qui semblaient en expansion, est irrésistible aux yeux des amoureux de rétro-futurisme.

Doxa est une marque peu connue du public et pourtant elle méritait amplement une visite à Baselworld. Créée en 1889 au Locle par Georges Ducommun, la «Georges Ducommun, Fabrique des montres DOXA » était connue pour créer des garde-temps novateurs « de haute qualité à un prix raisonnable ». « Cela fait partie de l’histoire de Doxa de s’interroger sur les besoins des gens dans le futur », souligne Romeo F. Jenny. Cet esprit d’entreprise tourné vers l’avenir a conduit le fondateur de la marque à créer des garde-temps destinés à cette invention naissante qui a révolutionné le monde du transport:  l’automobile. Le calibre DOXA 8-DAY, breveté en 1907, avec sa réserve de marche inédite de 8 jours, a équipé les premières Bugatti, les Mercedes et les Peugeot. Au décès du fondateur en 1936, la direction de la société a été reprise par son gendre Jacques Nardin, le petit-fils de l’horloger Ulysse Nardin.

En 1964, Urs Eschle, le responsable du développement des produits chez Doxa, a décidé de créer une montre de plongée fiable et grand public. Rolex avec sa Submariner et Blancpain avec sa Fifty Fathom, occupaient déjà le terrain sous-maritime depuis les années 50, mais leurs garde-temps étaient réservés aux professionnels et leur prix était peu accessible. Or Doxa visait les nouveaux adeptes de plongée sous-marine: ceux qui avaient succombé à l’appel des profondeurs en découvrant la beauté du monde sous-marin grâce au film de Louis Malle « Le Monde du Silence ». Ce long métrage, qui met en scène Jacques-Yves Cousteau, le co-inventeur en 1943 du système « Aqua Lung » permettant de respirer de l’air comprimé sous l’eau, ainsi que son équipe, a remporté la Palme d’or au festival de Cannes en 1956 et l’Oscar du meilleur documentaire à Hollywood en 1957. Si certaines images peuvent aujourd’hui choquer les êtres que nous sommes devenus, dotés d’une conscience écologique (la scène du massacre des requins par les marins de La Calypso est proprement insoutenable) – on comprend combien les images en couleur révélant la beauté des paysages sous-marins pour la première fois ont pu fasciner les hommes et les femmes de l’époque, et pourquoi elles ont généré un intérêt croissant pour la plongée sous-marine.

« Urs Echle savait qu’il existait un besoin pour des montres de plongée moins chères, avec un diamètre plus grand et une meilleure visibilité que les montres qui existaient sur le marché », explique Romeo F. Jenny.

Pour parvenir à ses fins, le responsable du développement des produits a mis en place une équipe dont faisait partie des plongeurs professionnels comme Claude Wesly, qui avait travaillé avec le commandant Cousteau et qui avait participé aux missions de plongée Précontinent I, II, et III initiées en 1962. Des opérations similaires au projet Sealab, un programme d’étude sur les habitats sous-marins qui a été mené quelques années plus tard par l’US Navy. « Des plongeurs ont testé la montre et la visibilité du cadran dans le lac de Neuchâtel et il en est ressorti que l’orange était la meilleure couleur, celle qui ressortait le mieux dans les profondeurs », souligne Romeo F. Jenny.

Outre son cadran orange, le modèle d’origine possède un boîtier en acier fabriqué d’une seule pièce pour en assurer l’étanchéité, une aiguille des minutes plus large, car le temps passé sous l’eau se mesure en minutes, et surtout, une nouvelle lunette unidirectionnelle brevetée avec une double indication mettant le temps de plongée en relation avec la profondeur pour assurer une remontée sans palier de décompression. À l’époque, la table de plongée sans décompression de l’US Navy était la référence. Les ingénieurs de Doxa ont repris ces valeurs et ont incorporé deux échelles séparées dans la lunette: l’une orange pour l’anneau extérieur “profondeur” et l’autre noire pour l’anneau intérieur « minutes ».

“La Sub 300, la première montre de plongée grand public étanche à 300 mètres, un modèle trois aiguilles, a été lancée à la foire de Bâle en 1967, explique Romeo F. Jenny. Les professionnels, tout comme l’unité des plongeurs d’élite de l’Armée Suisse, portaient la SUB 300″. A l’époque, une montre de plongée était un objet utilitaire et devait faire son job: accompagner le plongeur dans les profondeurs tout en garantissant sa sécurité. Jacques-Yves Cousteau a porté d’ailleurs une Doxa lors de nombreuses expéditions. Avec sa marque d’équipement de plongée U.S. Divers Co, il est devenu l’importateur officiel de la marque horlogère aux Etats-Unis.

« La Sub 200 T Graph, avec son chronographe, elle, a été présentée en 1969, poursuit Romeo F Jenny. Je ne sais pas pourquoi ils ont développé ce modèle avec un chronographe à remontage manuel, car cette complication n’est pas très utile sous l’eau. Mais c’est une masterpiece, une montre culte. Et pour fêter ses 50 ans, nous avons voulu faire quelque chose d’unique. Il existait un prototype en or qui n’a jamais été lancé sur le marché. Nous avons donc décidé de créer 13 modèles de la Sub 200 en or 18K, portées avec un bracelet en caoutchouc orange. Mais il est possible de commander le bracelet en or. Pour le cadran, nous avons utilisé une teinte d’orange qui a un look un peu vintage, avec une pointe de rouge dedans. Le modèle d’origine existait avec des cadrans de différentes couleurs. C’est d’ailleurs la première fois que des noms avaient attribués à des couleurs de cadran: il y avait l’Orange Professional, le Silver Searambler, le Yellow Divingstar ou le Black Sharkhunter ». Les 13 modèles anniversaire sont dotés de mouvements Valjoux 7734, qui ont été conservés depuis plus de 30 ans chez Doxa et qui ont été entièrement révisés.

La Doxa Sub 200 T Graph nous parle d’un temps où les montres de plongées faisaient leur travail et mouillaient leurs maillons.