English English French French

La poésie lunaire de Frédérique Constant

9 janvier 2018

[Cliquez sur l’image pour voir la galerie]

La manufacture genevoise a lancé une phase de lune pour femmes dotée d’un mouvement maison, avec un cadran poétique et la lune à 12 heures qui invite à laisser ses pensées se perdre dans les étoiles. – Isabelle Cerboneschi.

L

’observatoire de Nice. Quelle merveilleux endroit pour présenter une montre phase de lune pour femme, le regard perdu dans les anneaux de Saturne.

C’était l’été, le ciel était beau et dégagé, l’observatoire, fondé en 1881 et construit par Charles Garnier, avec sa coupole mobile conçue par Gustave Eiffel donnait envie de tout savoir sur les galaxies, les différentes notions de temps, la course des planètes… Sa lunette de 18 mètres de long a permis de découvrir des milliers de nouvelles étoiles doubles. Un lieu magique pour tous ceux qui aiment à laisser leur regard se perdre dans le cosmos, comme le fait Aletta Stas, la co-fondatrice de la marque Frédérique Constant.

Des étoiles justement, il en fut question avec la montre Slimline Moonphase Stars Manufacture, une phase de lune dotée d’un mouvement maison Frédérique Constant. La manufacture genevoise a l’élégance de développer des mouvements maison (24 calibres à son actif), pour animer des montres vendues à des prix abordables. C’est un positionnement judicieux à l’heure où l’on peut observer encore tous les excès, malgré une conjoncture baissière.

Trop souvent les montres pour femmes sont des montres pour hommes sur laquelle les ateliers de création ont choisi de rajouter des diamants sur la lunette et un cadran de nacre. Mais pas celle-ci. «Nous avons des montres phases de lune pour hommes mais mon épouse souhaitaient créer une version féminine. C’est elle qui a eu l’idée de mettre la phase de lune à 12h. Ce qui nous a obligé de créer un mouvement et une montre spécifique ». La Slimline Moonphase Manufacture Stars dispose du nouveau mouvement de manufacture automatique FC-701, doté d’une finition perlée et d’un décor Côtes de Genève, visible à travers le fond transparent.

« Nous avions présenté cette pièce en novembre 2016 à nos distributeurs, mais ils ne se sont pas montrés très intéressés. Malgré tout, nous avons quand même pris la décision d’en produire deux versions de 500 pièces chacune (une version en acier avec un cadran noir et une en plaqué or rose avec cadran bleu nuit, ndlr). Or à Baselworld, en mars 2017, les commandes ont explosé et nous nous sommes retrouvés dans une situation paradoxale: comment produire plus? », confie Peter Stas. Le co-fondateur de la marque envisage la fabrication de plusieurs milliers de Stars et une version en édition limitée dans un proche avenir.

Positionner une phase de lune à 12 heures est peu usuel. «Pour regarder la lune on doit lever les yeux, pas les baisser», explique Aletta Stas. Logique imperturbable. «J’ai toujours été attirée par le ciel, les étoiles, quand l’esprit commence à s’envoler et qu’on oublie le temps. Regarder les étoiles m’apaise. Je me suis dit: pourquoi ne pas créer un cadran avec le ciel, les étoiles et une fonction, comme la phase de lune? A midi, car si on la positionne à 6 heures, elle perd un peu de sa mystique au profit du logo. Je voulais un cadran qui soit un support à rêves, et qui nous aide à oublier le temps. Ce qui est paradoxal puisque la montre, c’est fait justement pour vous le rappeler.»

La phase de lune de Frédérique Constant est une montre où plusieurs temps se rejoignent: le temps présent, le temps du rêve, le temps symbolique, le temps lunaire. Une montre pour une femme reliée à la Terre et à la Lune. « En regardant cette montre mon esprit vagabonde dans les étoiles. D’ailleurs je n’arrive pas à concevoir le temps en terme d’année lumière, relève Aletta Stas. Regarder une étoile et se dire que peut-être elle est déjà morte, le temps que la lumière soit arrivé à nous, c’est vertigineux!»