English English French French

Quand l’Espagne rencontre le Japon dans un flacon

15 mars 2018

[Cliquez sur l’image pour voir la galerie]

La maison Loewe lance un parfum dont le flacon s’inspire de l’art millénaire de l’origami: Loewe Solo Origami. Une eau fraîche de la famille des fougères aromatique. Rencontre avec le parfumeur maison Emilio Valeros. – Par Valérie Dana, Madrid.

Un parfum dont le flacon s’inspire de l’origami, l’art millénaire japonais? Il s’agit de Loewe Solo Origami. Loewe est l’une des maisons espagnoles les plus connues et avec raison. Son savoir-faire n’est pas un mystère pour les initiés. Reconnue pour ses cuirs merveilleux, la marque est née en 1872, grâce à l’association de Heinrich Loewe Rösseberg, un artisan allemand qui vint s’installer à Madrid, avec un atelier de maroquinerie.

En 1905, Loewe devient Fournisseur de la Maison Royale et ouvre par la suite des boutiques à Barcelone et à Madrid. Dans les années 1970, la marque entre dans le monde du prêt-à-porter et lance un parfum en 1972: L de Loewe, premier d’une longue série de fragrances tantôt féminines comme masculines. Depuis 1987, Loewe appartient au groupe LVMH.

Solo Loewe est un des parfums iconiques de la marque espagnole. Plus qu’un parfum, c’est un hymne au modernisme. Chacune de ses déclinaisons s’inspire du design et de l’architecture. Cette grande famille se compose de Loewe Solo Esencial dont l’influence est le fer, Loewe Solo Cedro, formé de pièces de bois et le petit dernier, Loewe Solo Origami, qui nous transporte dans l’univers du papier.

Afin de lancer ce nouvel opus de manière originale, les équipes de Loewe en Espagne ont choisi comme écrin Casa Decor, le rendez-vous obligé de tous les amoureux d’architecture d’intérieure de la capitale hispanique. Grâce à la collaboration du décorateur Pepe Leal, ils ont créé un stand sur lequel on peut découvrir en exclusivité ce parfum aux notes boisées très fraîches, tout en s’initiant aux différents arts japonais, et ce jusqu’au 25 mars.

Pourquoi un parfum espagnol aux réminiscences japonaises? Parce qu’il s’agit de commémorer le 150e anniversaire des relations entre l’Espagne et l’ambassade japonaise à Madrid. Durant les mois de février et de mars ont lieu des actes commémoratifs entre les deux pays auxquels participent Loewe. Faire découvrir des traditions japonaises, bien éloignées de celles espagnoles, est le pari lancé par la maison et ce grâce à différentes ateliers d’origami, ikebana (art floral), shodo (calligraphie) o budokon yoga (yoga et arts martiaux). Le public a répondu présent à cet original mariage entre le lancement de Solo Loewe Origami et la présentation d’arts millénaires.

Pour en savoir plus sur cette nouvelle fragrance, nous avons rencontré Emilio Valeros, le parfumeur de Loewe depuis plus de vingt ans.

V.D: Vous êtes depuis plus de 20 ans le parfumeur de la maison Loewe: on peut appeler cela de l’amour?
Emilio Valeros: Oui, en effet, le mot amour n’est pas trop fort. Le secret pour continuer à créer des parfums, c’est savoir s’entourer d’une équipe formidable, jeune et talentueuse qui prend part à tous les processus de création. Nous avons l’habitude de travailler sur plusieurs lancements en même temps, tout comme sur des parfums qui ne verront jamais le jour mais avec lesquels je m’amuse en innovant, en utilisant de nouvelles techniques, de nouveaux ingrédients.

Comment êtes-vous devenu parfumeur?
Depuis tout petit, j’ai été entouré d’essences et très influencé par le travail qu’exerçait mon père en laboratoire puisque lui-même travaillait dans une compagnie de parfums. Je me souviens que je me rendais dans notre maison de campagne et je jouais avec les ingrédients et les formules que j’y trouvais. Par la suite j’ai obtenu mon diplôme de chimiste et j’ai commencé à m’initier à la parfumerie espagnole en travaillant pour la marque Gal. C’est ainsi que j’ai commencé mes premiers pas dans le monde du parfum.

Comment s’est déroulé le processus de création de Loewe Solo Origami?
Chaque création est une nouvelle aventure. Nous commençons toujours par travailler la note de tête; c’est elle qui transmet la première impression que nous aurons d’un parfum. Ensuite, on construit la note de coeur qui est le reflet du caractère d’un parfum. Et nous achevons ce parcours avec les notes de fond qui sont celles qui vont rester sur notre peau et qui permettront aux deux premières d’évoluer. Je sélectionne toujours les ingrédients d’un parfum en m’imprégnant du concept que nous voulons transmettre. Dans ce cas précis, il s’agissait des plis, des formes géométriques et des volumes de l’origami. Par la suite je choisis certaines huiles essentielles en fonction de la composition totale afin d’obtenir l’équilibre parfait.

Quel univers vouliez-vous transmettre avec cette fragrance?
Il s’agit d’une eau de toilette fraîche et délicate, de la famille des fougères aromatiques, qui s’inspire de l’origami, art millénaire du pliage japonais sous sa forme la plus pure. On n’utilise pas de ciseaux ni de colle pour créer ces figures. Certaines sont de vraies sculptures en papier.

Combien de temps vous a-t-il fallu pour le créer?
Cette partie de la création varie selon la complexité du parfum mais en général il faut compter un an à un an et demi depuis le début du processus créatif.

Comment vous sentez-vous après un tel travail qui pourrait se comparer à un enfantement: comme un papa orgueilleux devant son bébé?
Effectivement créer un nouveau parfum est toujours une fête. Cela signifie un avant et un après, un changement dans la manière de percevoir la marque. C’est le début de tout ce qui va advenir…