Comment cultiver son jardin

 In JOAILLERIE, MAKING OF, MODE, PHOTOGRAPHIE

 

Par un beau jour de juin, deux photographes, un mannequin des trésors de bijoux et de vêtements précieux, se sont retrouvés dans un jardin empli de poésie pour une série de photos. J’étais là, j’ai tout vu. Histoire (presque) vraie. – Isabelle Cerboneschi

 

Comment bien cultiver son jardin? Pour commencer il faut avoir un jardin, beau comme un poème de John Keats, planté de fleurs que l’on dirait posées là, par hasard, mais en réalité pas du tout.

Des fleurs d’un bleu léger comme les ailes d’une libellule, et d’autres d’un rose un peu plus soutenu, comme si les pétales avaient été rehaussés à l’aquarelle, quelques fruits aussi, des groseilles bien rouges couleur de sang frais, de la verdure, des buis, mais pas trop, sinon cela fait jardin à la française, bien trop ordonnancé pour être poétique.

Ensuite il faut songer à sa garde-robe pour jardiner en beauté: choisir uniquement des robes qui ont déjà vécu, une vie, deux vies, qu’importe. Des vêtements habités. Puiser pour cela dans la collection d’une passionnée de vêtements vintageMarisa Pena.

Choisir par exemple une robe en lamé or et argent Miss Dior de Christian Dior des années 70 qui se marie très bien avec le sécateur doré. Un ensemble couture Nina Ricci en gazar de soie, en deux teintes de bleu pour rappeler celles du ciel ce jour-là, et des volants aux bras, qui bougent dans la brise tandis qu’on laisse échapper l’eau de l’arrosoir.

Il faut une robe Courrèges rose pâle, de la teinte des roses que l’on va couper pour en faire un bouquet. Ensuite il est temps de délaisser les camaïeux et de trancher: choisir une robe en soie turquoise brodée pour récolter les carottes et un ensemble écossais pour cueillir les groseilles.

Enfin, il ne faut pas oublier de se parer pour sortir et honorer cette nature si belle et si fragile. Plonger sa main dans le coffre aux trésors: en ressortir des bracelets Love et Cactus de Cartier, des animaux précieux – papillon et geckos – dessinés par Chopard, une manchette Chanel sertie de diamants en forme de Camélia et sa bague assortie, des bracelets Possession de Piaget de toutes les couleurs et une montre bracelet Serpenti Tubogas en acier signée Bulgari qui joue le rôle du serpent de cet Eden genevois.

Enfin les différents protagonistes de cette saynète champêtre peuvent entrer en scène: dans le rôle de la jardinière, la belle Mathilde de Square Agency, précédée des scénographes, magiciens et capteurs d’images de cette journée particulière: les photographes Aimée Hoving et Marc Amiguet.

Et lorsque le soleil est enfin tombé sur l’horizon, que les joyaux ont repris leur place dans leurs coffres respectifs, que tout le monde est parti, les roses qui avaient retenu leur souffle, sagement, pendant toute une journée, ont secoué leurs pétales, se sont remises à bouger dans le vent du soir, exhalant leur parfum égoïstement pour elles seules. Les abeilles ont butiné, la Terre a continué de tourner et tout le monde est rentré chez soi, comme un trésor dans son coffre.

   

NOTES:
Marisa Pena, boutique Flair No3, Rue John Grasset 3, 1205 Genève tel. +41765667307

 

Recent Posts

Leave a Comment

English English French French